AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 31
MIROIR : Ashley Benson.
IDENTITÉ : /
CRÉDITS : ☾☾
A DÉBARQUÉ LE : 02/09/2018

SITUATION : célibataire.
EST ÂGÉ DE : vingt-trois ans.
avatar

MessageSujet: a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)   Ven 5 Oct - 19:51



a kind of guided tour of the horror’s asylum. — w// @zoey alexander



Il y a quelques jours seulement, j’arrivais dans le terrifiant asile psychiatrique d’Ostrov, qui se situait sur une île froide d’apparence et… glaciale d’intérieur, tout en y retrouvant ma très chère soeur aînée, Irène. Je fus franchement heureuse de la revoir après tout ce temps, et je devais même admettre qu’elle m’avait terriblement manqué. Bien entendu, je savais aussi que venir ici, alors que j’étais encore jeune, et que j’avais toute une vie devant moi, ne devait pas être la bonne solution pour mon avenir professionnel. Or, quoi de mieux que de travailler dans un hôpital psychiatrique qui ressemblait typiquement à un lieu parfait pour un remake de films horrifiques ?

Je soupirais un peu. Je n’avais pas à me plaindre ; ils m’avaient accepté en dépit de mon lien apparent de parenté avec Irène qui était, ici, membre du personnel, évidemment. Encore, ils auraient très bien pu me refuser si j’avais été la soeur d’une folle furieuse, ou de quelque chose du genre, m’enfin, je n’étais pas là pour juger. Ç’allait être ma première expérience avec des handicapés mentaux (pouvait-on les dénommer ainsi, alors qu’ils souffraient clairement de pathologies alarmantes ?), et j’espérais que tout se déroule de la meilleure manière qui soit. En réalité, j’appréhendais énormément ma première rencontre avec un patient. Je me devrais alors de le soigner comme je l’avais si bien appris à l’école, mais j’hésitais encore. Comment devais-je réagir face à lui ? Devais-je opter pour un comportement spécifique, ou bien pour une attitude froide et extrêmement professionnelle ? La première fois que j’avais eu un patient, alors que je travaillais dans un hôpital grecque, je m’étais retrouvée en face d’un enfant de sept ans ; il pleurait abondamment, mais j’avais su, de part mon optimisme et ma joie de vivre, le calmer, et le soigner en toute tranquillité. Le médecin m’avait alors sincèrement félicité de ma compétence, et m’avait même encouragé à poursuivre de cette manière-là. Depuis, je conservais ce même enthousiasme à faire ce que j’aimais dans la vie, c’est-à-dire guérir et rendre le sourire à autrui.

Également, je venais de faire la rencontre d’une infirmière de mon âge ; je me demandais encore ce qu’elle pouvait bien foutre à Ostrov, mais je n’avais toujours pas eu l’occasion de le lui demander. Pour le moment, je n’avais eu pour courage que le seul fait d’oser de lui demander de me faire une sorte de visite guidée dans cet asile de l’horreur. Et, Dieu soit loué, elle avait accepté. Ma visite des lieux se faisait donc maintenant, et j’avais plus ou moins hâte de partager ce moment avec elle pour pouvoir discuter calmement et gaiement avec quelqu’un de mon âge. Aussi étrange que cela pouvait paraître, je faisais de mon mieux pour rester optimiste et enjouée en toute circonstance. Quoi de mal à cela ? Je n’avais tout bonnement, et sans doute pas, encore perdu l’entièreté de mon insouciance, ce qui m’avait conduit à franchir l’impensable pour Irène.

Nous voilà en Enfer, vraiment génial…!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 154
MIROIR : Kristina Bazan
IDENTITÉ : Popicorne
CRÉDITS : acid rain
A DÉBARQUÉ LE : 09/04/2018

SITUATION : Célibataire bien que son coeur est attirée par un jeune homme qui est également la raison du pourquoi elle est ici.
EST ÂGÉ DE : 23 ans et bien jeune pour exercer ce métier dans un tel établissement mais cela ne lui fait absolument pas peur.
avatar

MessageSujet: Re: a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)   Mer 31 Oct - 16:06



A kind of guided tour of the horror's asylum

 
Zoey Alexander  ϟ  Anthéa Vasilis.


- Depuis quelques jours, Zoey n’était plus la petite nouvelle infirmière puisqu’une demoiselle du même âge qu’elle venait de faire son apparition à Ostrov, c’était étrange de voir de si jeune femme venir ici mais au moins elle se sentait moins seule désormais. Peut-être qu’elle aussi avait de bonnes raisons comme elle pour venir ici mais elle n’avait pas encore eu l’occasion d’en parler, pour le moment le plus important était qu’elle s’habitue à l’endroit mais surtout qu’elle connaisse chaque recoin. Pour cela, une bonne visite s’impose et étant donné qu’elle est la dernière arrivée, c’est cette fois-ci à son tour de prendre le relais pour la faire et puis c’était sûrement une bonne occasion pour apprendre à la connaître un peu plus. Elle se souvenait d’ailleurs très bien des premiers jours où elle était ici, l’endroit était vraiment effrayant et si elle n’avait pas eu quelque chose qui la retenait, elle aurait sûrement pris ses jambes à son cou pour s’en aller aussi vite qu’elle n’était arrivée. Maintenant, ca allait beaucoup mieux et elle s’était finalement habitué à son nouveau rôle d’infirmier, elle aimait les soigner et être là pour eux lorsqu’ils en avaient besoin, être infirmière ne se résumait pas à de simples prises de médicaments ou piqûres, c’était un métier pleine de relations humaines du moins de son point de vue, ce n’était certainement pas le cas pour tous.

La blonde avait donné rendez-vous à Anthéa dans les couloirs près de la salle commune, c’était un endroit parfait pour pouvoir se repérer et que la jeune femme devait déjà connaître. Après avoir terminé son tour du midi, elle s’était donc dirigé vers là-bas et la vit de loin, elle vient alors près d’elle en lui abordant un doux sourire, il en fallait bien de temps à autre ici. -

"Tu as passé une bonne matinée ? Je sais bien que ce n’est pas un établissement comme les autres, loin des hôpitaux qu’on a l’habitude de connaître mais on finit par s’y habituer à force."

- Le but n’était pas non plus de l’effrayer mais de la mettre en confiance, histoire qu’elle se sente tout de même bien ici et puis si jamais elle avait besoin d’elle, elle serait là à n’importe quel moment. Elle était sûrement un peu trop douce et gentille pour cet endroit mais elle s’en fichait pas mal, les patients étaient déjà assez mal pour qu’en plus de ca, ils aient le droit à du personnel sans humanité. Disons aussi que pour le moment, ca ne lui avait valu aucun préjudice, ses patients lui rendaient plutôt bien jusqu’à maintenant.  Désormais, il était temps de commencer la visite et vu qu’ils étaient juste à côté, elle se dirigea alors vers la salle commune. -

"Je pense que tu as déjà vu la voir mais ici c’est la salle commune où les patients peuvent se réunir pour passer un peu de temps ensemble ou simplement pour avoir le confort d’un canapé je dirais. C’est un peu un endroit à bagarre aussi parfois mais ca, ce n’est qu’un détail, les gardes sont là pour régler ce genre de soucis."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 31
MIROIR : Ashley Benson.
IDENTITÉ : /
CRÉDITS : ☾☾
A DÉBARQUÉ LE : 02/09/2018

SITUATION : célibataire.
EST ÂGÉ DE : vingt-trois ans.
avatar

MessageSujet: Re: a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)   Dim 2 Déc - 15:58



a kind of guided tour of the horror’s asylum. — w// @zoey alexander



L'âme perdue dans les profondeurs et les horreurs de ces lieux morbides, je me laissais peu à peu glisser dans un gouffre sans fin et sans nom, du moins si ce n'est qu'il avait pour nom Ostrov Island, une île étouffante et fascinante, une île sur laquelle l'asile se dessinait à vue d'oeil, et duquel personne ne pouvait en ressortir. Voilà l'abomination, le grand Duc de l'Horreur, qui venait enfermer toute âme vivante en ces murs froids et glaciaux qui ne laissaient que peu de place à l'Amour, à la Joie et à l'Insouciance. Un tant si peu que l'on ait eu de l'insouciance, qu'il nous fut ôté dès lors que nous entrions ici. Je me savais égarée, perdue à tout jamais, mais je comprenais bien entendu l'importance de ma venue ici. Ma soeur me manquait alors beaucoup trop, et certainement était-ce là encore une faute grave que je commettais en m'aventurant en ces terres méconnues et hostiles. Je ne pensais guère voir apparaître quelques joies et quelques sourires ici, mais aussitôt, mes pensées sombres disparurent, alors qu'une blonde atteignait ma hauteur, dans cet endroit qui ne m'inspirait que peu confiance. Zoey était son prénom, et Anthéa le mien. Deux femmes aux noms opposés et qui, pourtant, avaient un même âge, un même emploi, et peut-être quelques autres ressemblances. N'étions-nous pas faites pour nous entendre ? me demandais-je alors. Mais je n'eus point le temps de poursuivre qu'elle me questionnait sur ma matinée. Un sourire apparut enfin sur mon visage, l'éclairant et effaçant toute trace de sombres idioties. Elle admettait que l'asile n'était en effet pas un hôpital dont on en avait l'habitude, pas comme les autres, mais que l'on finissait par s'y habituer. A force. Toujours de force, dans ce monde de brutes. « Je pense que pour un premier début ici, ma matinée s'est plutôt bien passée ; et la tienne, alors ? lui demandais-je, tout sourire, heureuse d'enfin parler, d'enfin adresser la parole à quelqu'un de censé, du moins qui me le paraissait. Je ne sais pas si j'arriverais à bien m'habituer à... ces horreurs. Les patients ne m'ont pas l'air d'être réellement inoffensifs contrairement à ce que l'on pourrait croire —c'est à peine si j'ai l'impression qu'ils sont plus dangereux que l'hôpital lui-même ! » finis-je par lui partager. Ah, douce vie !

Prenant la direction de la salle commune —un terme absurde, qu'y avait-il de commun à cette salle, si ce n'était l'assemblement de puzzles tous inhumains et immoraux, dans cette assemblée peu sympathique et de laquelle je vis naître en moi une peur sourde, et méfiante ? Que disais-je —je me perdais dans mes pensées, une fois de plus. Je n'étais guère ici pour penser, mais pour travailler, et j'avais en l'occurrence une compagnie fort rayonnante à mes côtés. Je ne pouvais me permettre de laisser mes sentiments prendre le pas sur mes relations amicales et professionnelles. Zoey me confia penser que j'avais déjà vu la salle commune, mais que c'était ici que les patients pouvaient se réunir pour passer un peu de temps ensemble, ou simplement acquérir le confort d'un canapé. Je doutais là du réel confort de ces canapés, et n'osais-je le partager. Alors, les mots qui suivirent me firent frissonner d'effroi : endroit à bagarre, aussi parfois, mais ce n'était qu'un détail. Un détail, oui, parce que les gardes étaient justement ici pour régler ce genre de soucis. « On ne risque rien ? » osais-je la questionner. Je fronçais des sourcils, et repris plus clairement : « Je veux dire, s'ils se battent, est-ce qu'on ne risque pas malgré tout de recevoir des coups, en attendant que les gardes agissent et les séparent ? » Je n'avais pour ainsi dire jamais assisté à la moindre bagarre entre patients de ma vie. Non, et avec toutes les pathologies dont ils étaient victimes, j'en avais peur ! Ils me paraissaient plus imprévisibles que jamais. Ah, où avais-je donc atterrit, au juste ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)   

Revenir en haut Aller en bas
 

a kind of guided tour of the horror's asylum (zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Tour du monde virtuel
» Tour Down Under

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House-