AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 2719
MIROIR : dianna agron
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/anaphore
A DÉBARQUÉ LE : 29/07/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans (née le 29 septembre 1990)
avatar

MessageSujet: a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)   Lun 24 Sep - 23:25


A LITTLE LIQUOR ON MY LIPS I LET HER CLIMB INSIDE MY BODY  

La journée avait été longue. Comme celle d’avant, et celle d’encore avant. Toutes les journées finissaient par se ressembler à Ostrov et l’ennui nous gagnait rapidement. Enfin, pour certains. Moi, je trouvais différents moyens d’occupation. Le dernier en date ? Eviter Callahan tout en réfléchissant à un moyen de me venger. Il m’avait traité de chienne. Il était comme les autres, pensait comme les autres. Alors que je pensais qu’il était différent. Du moins, je l’avais espéré. Je voulais me venger alors que ce qu’il avait dit était vrai. J’étais ce genre de fille. Mais pas seulement, dans le fond. En tout cas, ça aussi je l’espérais. J’avais encore son couteau, que je ne lui avais toujours pas rendu. Il était bien caché, et la femme de ménage ne pourrait pas le retrouver. Cette fois, elle ne pourra pas me balancer à qui que ce soit. Je soupirais, alors que le sommeil commençait à me gagner. Mon désir de vengeance n’arrivait finalement pas à me tenir éveillée. Je fermais les yeux et appréciais finalement le silence qui régnait. C’était tout de même mieux de dormir dans ces conditions que quand une patiente se met à hurler pour je ne sais quelle raison, un peu plus loin dans le couloir. Terreurs nocturnes, qu’ils disaient… Ben bâillonnez-la non ? Qu’on puisse dormir, nous. Mais cette nuit rien, le silence le plus complet et… Ces pas dans le couloir. Certainement un garde qui fait sa ronde. Morphée commence à m’entourer de ses bras lorsque les pas s’arrêtèrent devant la porte de ma chambre. Et je n’avais presque aucune idée du pourquoi. Dans le fond, j’espérais que ce soit Callahan, qui vienne. Je ne l’avais pas revu depuis un moment, et même si notre dernier échange était loin de s’être bien terminé, j’avais cet étrange envie de le revoir. Mais au fond, je me doutais aussi que ça n’arrivera pas de sitôt. Pas de la façon dont je l’espérais. J’étais une patiente à ses yeux. Une salope même, qui sait. Une chienne. Lorsque j’entendais la porte s’ouvrir, je ne prenais pas la peine d’allumer la lumière, je me redressais seulement dans mon lit en m’appuyant sur mes coudes. « Blackwood. » Je haussais un sourcil. Ce n’était pas la voix d’un garde, mais celle d’une femme. D’une patiente. Et pas n’importe laquelle. Nola. Mon ennemie ? Ma concurrente ? Mon amie ? Mon mentor ? Une fille de plus avec qui j’avais finalement couché ? Je ne savais pas trop comment la définir. En fait, elle était même tout ça à la fois. Je soufflais, déçue de ne pas avoir la visite d’un garde. Cette visite-là ne sentait pas bon du tout. « Oui, Zigante ? »


EXORDIUM.

_________________
i'll morph to


someone else
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 47
MIROIR : Sophia Bush
IDENTITÉ : lamaouautruche
CRÉDITS : jeune padawan
A DÉBARQUÉ LE : 12/09/2018
EST ÂGÉ DE : 30 ans
avatar

MessageSujet: Re: a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)   Mar 9 Oct - 18:45

A little liquor on my lips i let her climb inside my body
Nola & Piper

Cette journée a été… divertissante. Rien de bien révolutionnaire, mais au bout de neuf ans passés enfermée sur cette île, le moindre petit élément perturbateur remet un peu de couleur dans la grisaille de la routine. Une énième bagarre a explosé ce midi à la cafétéria, malheureusement pas assez remplie pour que cela devienne vraiment intéressant, mais je ne crache jamais sur une occasion de planter un ou deux gardes, voire un autre patient. Oh, jamais bien profond ou dans une zone sensible, je ne tiens pas particulièrement à voir mes privilèges d’ancienneté partir en fumée. Assommer un serveur avec un plateau, casser une assiette sur la tête d’un patient, planter une fourchette dans le gras de la cuisse de Legros, rien qui ne me valle plus qu’une tape sur les doigts et une réprimande de la part dudit garde, qui nourrit pas si secrètement que ça l’espoir que je devienne aveugle et amnésique et couche avec lui.

Aussi petit a-t-elle été, cette petite bagarre m’a mise en appétit pour continuer sur cette lancée et animer mon après-midi par autre chose qu’une lecture soporifique d’un livre que j’ai probablement déjà lu ou une promenade répétitive dans le parc. Initialement partie à la recherche de Nolan pour l’entraîner dans une nouvelle aventure, j’ai vite abandonné en ne le trouvant nulle part au bout de cinq minutes. Certes, je n’ai pas beaucoup cherché mais je n’allais pas non plus lui courir après. Tant pis pour lui. En arrivant au coin du couloir menant à la librairie, j’aperçois du coin de l’œil la salle de surveillance sur ma gauche. Un sourire s’étend sur mon visage alors que j’en prends la direction. Appuyée contre le cadre de la porte, les bras croisés, je n’ai qu’à me racler la gorge pour faire Cooper lever les yeux de sa Game Boy. Aucune trace des deux autres gardes supposés monter la garde avec lui. Je fais un pas dans la petite pièce, referme la porte à clé derrière moi et descends le petit rideau qui cache la ridicule fenêtre censée lui apporter un peu de lumière.

Je vous passe la description de la scène de mon retour dans ma chambre, où ma mère m’attendait, assise sur mon lit, son sempiternel air déçu et dégoûté flanqué au visage. Depuis que je suis arrivée à Ostrov, elle a dû redoubler d’imagination pour ses punitions : tout le monde ici étant convaincu que je m’inflige moi-même ces châtiments, les gardes ont progressivement confisqué tous les objets qui "représentent un danger" pour moi. Croyez-moi, ça n’arrête pas ma chère génitrice. Elle a simplement appris à plus se salir les mains littéralement. Alertés par mes cris, deux gardes ont fait irruption dans ma chambre pour "calmer mes pulsions", comme le répète sans arrêt ce stupide médecin qui me shoote au Xanax après chaque "crise hystérique" comme ils les appellent. La gorge en feu et douloureuse aux endroits où ma mère a serré trop fort, les calmants m’anesthésient rapidement et je plonge dans un sommeil superficiel et agité. Je leur en foutrait de "l’auto-mutilation". Vous devriez me voir, passer mes journées à mimer des guillemets avec mes doigts…

A peine deux heures plus tard, je suis réveillée par mon estomac qui gargouille. J’ai raté l’heure du dîner, et à en croire le ciel à l’extérieur, il fait nuit depuis longtemps. Je me redresse dans mon lit alors que mes esprits me reviennent petit à petit. Affamée, mes pas me portent sans que je réalise vraiment où. Personne dans le couloir, je me dirige vers une chambre à l’autre extrémité et souris lorsque je me rends compte à qui elle mène. Je la pousse et pénètre dans l’obscurité. "Blackwood." Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis venue ici, mais c’est toujours divertissant de me retrouver dans la même pièce que Piper Blackwood. Surtout dans le noir. Surtout dans une chambre. Je distingue vaguement sa silhouette à demi-redressée et sa voix fait écho à la mienne. Je souris en coin. "J’ai faim. T’as rien qui traîne, ici ?" Bizarre que cette relation que j’entretiens avec Piper. Nous nous sommes assez bien entendues à son arrivée, mais deux caractères forts – et soyons honnêtes, deux corps – comme les nôtres ne peuvent pas évoluer sans rivalité pendant longtemps. Le tout couronné par une attirance physique mutuelle – même si elle a prétendu le contraire pendant bien longtemps – et vous obtenez un mélange particulier dans cette relation mi-amitié mi-inimité.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATRICE
PILULES AVALÉES : 2719
MIROIR : dianna agron
IDENTITÉ : jeune padawan
CRÉDITS : avatar/jeune padawan signature/anaphore
A DÉBARQUÉ LE : 29/07/2016

SITUATION : célibataire
EST ÂGÉ DE : 28 ans (née le 29 septembre 1990)
avatar

MessageSujet: Re: a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)   Sam 10 Nov - 11:19


A LITTLE LIQUOR ON MY LIPS I LET HER CLIMB INSIDE MY BODY  

Le sommeil ne venait pas, alors que la nuit elle était tombée rapidement. Trop rapidement à mon goût finalement. J’aurais pu sortir, rendre visite à un garde, un médecin ou même un autre patient, que sais-je. J’aurais pu trouver de l’occupation pour pallier cette incapacité de m’endormir. Mais j’avais encore en tête ce que Callahan m’avait dit. J’étais une chienne. Mais je ne devais pas me laisser abattre par ce commentaire à la con. Il ne savait rien. Il n’y connaissait rien. J’étais malade, merde. Mais j’avais au moins réussi à tirer un certain plaisir de cette maladie. Même si parfois, j’en avais marre. Marre d’avoir mal physiquement, mentalement à cause d’un manque ou de je ne sais quoi d’autre. D’être blessée par les paroles de certaines personnes.
Stop Piper. Reprends-toi, bon sang.
Tu n’es pas aussi faible d’habitude.
Non, je ne l’étais pas.
Alors j’arrête d’y penser. J’avais décidé de rester moi-même et de ne pas changer pour les autres. Si ça ne leur plaisait pas, tant pis pour eux.
Maintenant je pensais seulement à qui je pourrais éventuellement rendre visite pour m’occuper. Mais au même moment, j’entendais des pas dans le couloir.
Puis la porte de ma chambre s’ouvrait.

Zigante venait d’entrer dans ma chambre, comme si c’était la chose la plus normale à faire dans cet hôpital. Enfin, pour elle ça l’était. Pour moi aussi. Mais ça c’était parce que l’italienne et moi n’étions pas les meilleures personnes à prendre en exemple. Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres en entendant sa question. Quelque chose à manger ? « Hm… Y a que moi. » Définir notre relation en un seul mot était impossible. Tantôt amies, tantôt ennemies c’était selon nos envies et nos humeurs. Pour le sexe, j’avais mis longtemps à craquer. Et je savais qu’elle n’en était pas peu fière, elle qui me le répétait depuis des années. Un jour tu craqueras, Blackwood, qu’elle disait. Mais je niais. A l’époque jamais je n’aurais pensé coucher avec une autre femme. Je n’avais jamais nié que Nola était très belle et même terriblement sexy, mais je lui disais, et répétais que non, jamais je ne coucherai avec elle. Jusqu’au jour, où.
J’étais persuadée que dans son fort intérieur, elle avait crié victoire.
Et depuis, on avait réitéré l’expérience.
Quelques fois.
« Mais si tu veux autre chose, regarde sous mes pulls. » Oui parfois je m’introduisais dans la salle de pause des membres du personnel et je piquais de quoi grignoter. Histoire de ne pas mourir de faim. « Et ça vient du personnel, ça devrait avoir un minimum de goût. » Parce que bon, quand on y pensait, eux non plus ce n’était pas de la grande cuisine qu’on leur servait. Ils avaient juste quelques petites choses en plus.


EXORDIUM.

_________________
i'll morph to


someone else
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)   

Revenir en haut Aller en bas
 

a little liquor on my lips i let her climb inside my body (nola)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history
» Alysse Lucy O'Berry - Your lips are poison in my Veins
» While your lips are still red (Théo et Margot)
» With a taste of your lips I'm on a ride You're toxic I'm slipping under With a taste of a poison paradise I'm addicted to you - Ysaline
» your lips are like wine, and i want to get drunk ▽ madison, michael.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: Women's corner :: The Bed Rooms-