AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Too old to believe in ghost [Théodore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 110
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : d3nver
CRÉDITS : tag
A DÉBARQUÉ LE : 19/08/2018

SITUATION : divorcé
EST ÂGÉ DE : 55 ans
avatar

MessageSujet: Too old to believe in ghost [Théodore]   Dim 2 Sep - 21:28


Too old to believe in ghost
Tiens, voilà celui qui a vendu son âme à un rêve, à une idée.Celui qui a vendu son âme à un rêve. Réellement, toute cette mascarade universelle il semble qu'Isak soit incapable de la comprendre. Comment peut-on volontairement croire en un dieu, un être que vous croisez dans des contes pour adultes qui apporte la mort, la destruction mais surtout pire, qui apporte la vie. Pour lui la religion aurait le droit de figurer comme un trouble psychotique. Pourquoi une personne qui parle à son ami imaginaire devrait être traitée lorsqu'une personne qui parle à Dieu ne devrait-elle pas l'être. D'un point de vue médical il n'est que l'ami imaginaire de plusieurs personnes à la fois.

C'est blasphématoire ? Oh avec toutes les pensées qu'Isak a en tête, si Dieu avait un jour eu une place pour lui, il l'a vite déposé à l'autre autorité. Le Diable prépare déjà les festivités en bas, s'amuse en attendant l'arrivée d'un certain russe. Alors peut-être que oui quelqu'un l'attend réellement en bas, capable de lui faire du mal jusqu'à ce qu'il se rende compte que croire en quelque chose durant sa vie aurait pu se révéler utile. Mais les preuves manquent. La science ne ment pas, la religion ne fait que ça, autant éviter des heures perdues d'auto châtiment.

Alors, perdu dans une amère idée de ce qu'est la religion, Isak ne prend pas la peine de croiser les bras sur sa table, il ne voit pas réellement la soutane arrivée et s’asseoir à ses côtés. Le brun a simplement le temps de relever la tête. Surpris par le père. « Père ». Là encore une appellation qui lui échappe. Il n'est pas père de toute chose, il est jeune, devrait s'amuser avec sa vie au lieu de se retrouver coincé, marié à l'amour d'un monsieur trop vieux pour lui qui ne lui redonnera jamais l'amour dont il a besoin. Est-ce que c'est ça d'ailleurs ? Qui l'a poussé vers une vois qu'Isak n'aurait jamais été capable d'imaginer. Le manque d'amour ? Ou l'amour trop fort qu'il a du fuir le quotidien. Certains diraient rien. Qu'il le sentait au fond de lui, l'appel du seigneur. Pourquoi pas. Encore une fois ça lui échappe.

Il est non subtil lorsqu'il relooke le jeune homme, pas d'une manière sexuelle. Il n'y a pas de manière sexuelle à avoir lorsque l'on est couvert de la tête aux pieds d'un quelque chose qui doit vous donner amèrement chaud. Pour une fois, il l'a choisi. Parce qu'ici, personne pour juger ses agissements. La moitié est folle, l'autre moitié est en train de le devenir et ça ne choque personne. Le mal rôde dans les couloirs mais il n'est pas accroché aux murs, aux poupées, non. Il est ancré dans la tête des patients, parce que les patients ne peuvent se détacher de ce mal aussi facilement.

Isak cligne des yeux doucement avant de se retourner vers son plateau. « Duclos . » Ce n'est pas un manque de respect que d'appeler un homme par son nom. Mais il semble que ça ne se fait pas dans cette religion. « Comment allez-vous aujourd'hui ? Comment va votre père aujourd'hui? »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
And his tears were streaming down his face


Dernière édition par Isak Gallagher le Lun 19 Nov - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FOREVER VIRGIN
PILULES AVALÉES : 184
MIROIR : Gaspard Ulliel
IDENTITÉ : Sarada
CRÉDITS : Lilday
A DÉBARQUÉ LE : 24/06/2018

SITUATION : Marié à son métier
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Mar 11 Sep - 20:17



Too old to believe in ghost


Matinée classique. Le sol de pierre est coloré par les minces rayons de soleil qui filtrent par les vitraux, en cette journée de septembre. Le temps est morose, comme la plupart des âmes qui vivent ici, à l’approche de l’automne. S’il en est une qui fait d’ordinaire exception, c’est probablement celle du prêtre. Comme souvent, il accueille le tout-venant avec le sourire. Comme un dessin gravé sur ses lèvres, creusant ses joues de ridules amicales. S’il est sincère, ce sourire est tout de même parfois maquillé. Il ne faut pas se mentir. Dans un lieu comme celui-ci, où il est difficile de trouver un écho à ses prières, le père a vite fait de ressasser. Ce matin, c’est le cas. Peu de gens. Peu de paroles. Il commence à en avoir l’habitude. Et c’est cela qui lui pèse sur le coeur. Il est venu ici, dans cet hôpital dont il ne sortira probablement jamais, espérant du fond du coeur pouvoir venir en aide à quelques personnes. Mais depuis son arrivée, qu’a-t-il fait ? Est-ce que quelque chose a changé ? Les murs de la chapelle sont un peu plus colorés mais cela n’a guère d’importance… Alors, en cette journée morne, Théodore fait partie de ceux dont l’humeur se conjugue avec le temps.

Comme tous les midis, il se rend à la cafétéria. C’est à la fois le moment de la journée qu’il préfère, et celui qu’il appréhende le plus. Car c’est là qu’il voit le plus de monde. Qu’il se sent le moins seul. Mais c’est aussi dans ce lieu qu’il se rend compte à quel point il l’est. Machinalement, son plateau en mains, il se dirige vers les tables réservées aux employés. Sur son passage, certaines conversations se taisent tandis que d’autres reprennent de plus belle. Il ne sait pas bien s’il les interrompt ou les alimente, mais depuis un an, il n’y fait plus vraiment attention. A vrai dire, c’est toujours l’effet que produit le col romain. Comme si le costume noir intimidait réellement. Il sait bien que c’est le cas. Parce que tout le monde lui parle sans cesse comme s’il n’était rien d’autre qu’un prêtre. Un homme perdu qui aurait voué sa vie à une illusion, faute de mieux. Et quelque part, ont-ils vraiment tort ? Au fur et à mesure que le ciel s’assombrit, que les arbres rougissent, les doutes reviennent.

Assis à une table avec ceux qu’il voudrait appeler des « collègues », le français lève la tête à l’appel de son nom. S’il a l’habitude de saluer la tablée à son arrivée, il s’attend moins à ce qu’on lui réponde. Surtout en le nommant par son nom de famille. Mais c’est une bonne surprise. Elle a au moins le mérite d’exister. C’est un homme qui l’appelle. Grand, grisonnant, un regard indéfinissable entre douceur, défi et moquerie. Gallagher. Un psychiatre dont il a souvent entendu parler, mais qu’il ne connait pas vraiment. Comme personne ici d’ailleurs, au fond. Tout ce qu’il sait de lui est qu’il n’a jamais mit les pieds à la chapelle en sa présence, et qu’il ne s’est jamais vraiment montré amical ou curieux envers la religion. Aussi Théo est-il un peu surprit par la conversation que l’homme engage. Ne sachant à quoi s’attendre, il s’arme de son éternel sourire et le regarde à son tour.

« Gallagher » Commence-t-il d’une voix douce. « Comme tous les jours, en ce qui me concerne. » Il se contente d’une réponse vaste, c’est de toute évidence une question maquillée pour poser la suivante. « Je ne peux que supposer, mais j’imagine que le Tout-Puissant est de belle humeur… comme toujours… Et vous Gallagher, comment vous portez-vous ? Je ne demande pas pour vos patients, je suppose que s’ils allaient mieux, ils ne seraient plus ici… » Il est rare d’entendre de l’ironie dans les paroles du prêtre. Il préfère toujours parler de façon honnête et sans déguisement. Mais c’est une façon de sous-entendre « Vous avez vos méthodes, j’ai les miennes. » sans entrer en conflit.  



codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 110
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : d3nver
CRÉDITS : tag
A DÉBARQUÉ LE : 19/08/2018

SITUATION : divorcé
EST ÂGÉ DE : 55 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Ven 28 Sep - 0:01


Too old to believe in ghost
S’il y en a pour faire des commentaires, Isak est certainement le premier, il est toujours le premier à le faire de toute manière. Et si d’habitude il est le premier à les faire, sur ce coup il s’est fait distancé. Bien évidemment personne ne reconnaît, ou bien ne se dit avoir fait des crases, avoir critiquer le prêtre, la religion en fasse. La religion est sur le papier ce qui sauvera leurs âmes ici. Est-ce qu’elle pourrait réellement servir à quelque chose? Hm, Isak rit à cette idée. Qui peut croire quelque chose comme ça. En dehors, ici? Qui peut espérer que son âme soit sauvée. Ici, ailleurs. Aucun endroit ne peut les sauver, aucune situation et certainement aucune religion ne peut les sortir des enfers dans lesquelles ils vivent. Lexie lui en  a parler, les mots l’ont fait frisonner sortant de sa bouche, parce qu’elle est supposée être une patiente, elle est supposée être folle, ne pas savoir dans quel monde elle vit. Pourtant elle lui sort ce vent de vérité, elle lui étale partout, sur le visage, dans cette maudite façon qu’elle a de sourire. Parfois il secoue la tête, oublie ce qui se dit, c’est mieux ainsi, mieux de ne pas y penser.

Il y a bien longtemps qu’il n’a pas passé la tête dans une église. Pour ne pas se mentir il ne se souvient pas la dernière fois qu’il l’ai fait. Son ex-femme était croyante il croit bien, non pas qu’il se soit vraiment intéressé pour son attrait envers la religion. Il ne s’intéressait pas beaucoup à elle tout court de toute façon. Après la situation était toujours pareille. Isak soupire à l’idée, tandis qu’il regarde le curé qui avance parmi les tables. Ce n’est pas du jugement que l’on peut lire sur son visage, c’est plus un mélange de surprise et d’incrédulité. Est-ce que c’est la manière d’être, la façon de s’habiller ou juste la façon dont il se déplace comme si tout lui glissait dessus? Franchement Isak ne saurait dire mais il y a quelque chose chez l’autre homme. C’est certainement l’aura divine du seigneur qui l’entoure qui lui donne cette présence. Est-ce qu’il marche aussi sur l’eau le père Théo?

Cependant la pique qu’il reçoit en plein visage le prend de court et Isak regarde le prêtre pendant quelques instants avant de reprendre consistance et de revenir marquer ce petit sourire narquois sur ses lèvres. Comme si cette figure allait le masquer du regard de Dieu... Même si pour le moment, n’allons pas nous mentir, ce qui intéressait plus notre psychiatre était certainement le regard du curé. Alors il se racle la gorge avant de parler une nouvelle fois. «Je doute que vous puissiez parler du pouvoir de l’Eglise. La science a déjà sauvée bien plus de personne que votre dieu a voulu le faire entre ces lieux il me semble.» Depuis le temps qu’il parcourt ses murs, depuis le temps qu’il organise sa vie dans les rayures des endroits, aucun homme d’église n’a pu faire un miracle. Si seulement homme d’église il y avait eu.

Il renifle un peu en retirant le bouchon de sa flasque avant d’en prendre une gorgée. Si quelqu’un le regarde nerveusement pour un tel geste, personne ne dit mot, Isak tend la flasque à Théo. Peut-être que dans l’idée, il pourrait être la gorge de Dieu qui, transformant l’eau en vin, eu un goût prononcé pour l’alcool. «Buvez mon père. L’alcool rapproche. Peut-être que la religion pourrait se rapprocher de moi d’une façon ou d’une autre.» Il n’essaie pas d’amadouer le prêtre dans l’espoir d’avoir quelque chose. Il espère juste passer un moment simple avec un curé. Assez amusante comme situation pour lui.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
And his tears were streaming down his face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FOREVER VIRGIN
PILULES AVALÉES : 184
MIROIR : Gaspard Ulliel
IDENTITÉ : Sarada
CRÉDITS : Lilday
A DÉBARQUÉ LE : 24/06/2018

SITUATION : Marié à son métier
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Lun 26 Nov - 23:14



Too old to believe in ghost


Sans réelle surprise, les paroles échangées entre les deux hommes ne sont pas particulièrement amicales. Oh, Théo en a bien l’habitude. Ce n’est pas comme s’il était le bienvenue parmi les autres membres du personnel. Pas comme s’il entendait les autres parler dans son dos. Ce médecin, Gallagher, a au moins la décence de lui dire ce qu’il pense en face. Même si tout n'est pas bon à entendre, le prêtre aime la franchise. Ce n’est pas vraiment le jour idéal pour venir lui chercher des noises ou remettre en cause ses croyances. Le docteur vient d’en faire les frais. Et s’il ne semble pas déstabilisé plus de quelques secondes, le français se dit qu’il n’aurait pas du dire ça. C’est tout lui. Les rares fois où il perd patience, il peut avoir des mots malheureux et le regretter l’instant d’après. Rien de bien grave en général, mais ce ne sont pas des paroles qu’il estime dignes d’être prononcées. Il s’efforce, tous les jours, de bannir toute forme de haine ou d’agacement de son esprit. Aujourd’hui, c’est un jour sans. L’autre n’a pas l’air de s’en offusquer plus que cela. Surement a-t-il l’habitude… à vrai dire, au milieu de cet environnement, ça n’a rien de vraiment étonnant. Aussi le Père Théodore n’est-il pas vraiment surpris non plus quand son interlocuteur lui répond sur le même ton. De nombreuses réponses lui traversent l’esprit, mais aucune ne lui semble appropriée. Le but n’est pas de se faire un ennemi. Il n’irait pas jusqu’à penser pouvoir se faire un ami en cette personne, mais ne pas le froisser davantage serait un bon début. Et pourtant, il ne peut s’empêcher d’ajouter, presque pour lui-même mais assez fort pour qu’on l’entende :

« Au moins, ce n’est pas Lui qui lobotomise les patients. » Parce qu’il a bien vu, le prêtre, dans quel état reviennent certains, après un temps d’absence. Et il ne sait pas quoi faire. Parce qu’il n’a aucun pouvoir, aucune autorité. Sa présence ne sert probablement qu’à faire croire que c’est un hôpital psychiatrique comme un autre. Lui, il croit encore en sa mission. Malgré ses doutes. Il a envie, le Père Théo, d’aider toutes ces âmes et de leur transmettre une bonne parole. Un espoir. Mais si on leur ôte toute capacité réflexive, ça se complique. Et puis, il n’est pas là depuis suffisamment longtemps pour se rendre réellement compte de son efficacité. Si efficacité il y a. Il en doute souvent. Mais il espère. Après tout, croire, ça l’a sauvé, lui. Alors pourquoi pas les autres ? Il ne fait pas partie de ceux qui décident d’abandonner les personnes qui errent sur Terre en se consacrant à la prière pour le salut de leurs âmes. Il veut aider, dans le monde terrestre. Dans la vie.

Finalement, comme en un geste de réconciliation, Isak lui tend une flasque à laquelle il vient de boire. Lui qui croyait que l’alcool était interdit ici… Oh, probablement certains ont des arrangements avec les passeurs… Ou les cantinières… mais, un médecin n’est-il pas censé garder la tête froide pendant ses jours de travail ? Il est certain que cet homme doit mieux tenir l’alcool que le jeune ecclésiastique, mais tout de même…

« Non merci… » lui répond-il, accompagnant ces mots d’un geste de la main. « Je ne bois pas… » Il ne boit plus. Pour être exact. Il se souvient de ses camarades de Fac qui ont essayé de lui donner goût à l’alcool, et qui, en le rendant malade lors d’une soirée particulièrement arrosée, ont réussit à l’en dégouter. Il se souvient également d’une autre fois, bien plus tard, après une journée particulièrement difficile. Le genre de journée qui fait perdre toute envie, à n’importe qui. Parce que ce n’est pas la gorgée de vin tous les dimanches qui va l’habituer à la sensation ou à l’effet. Et cette soirée là l’a prouvé. « Plus jamais » s’est-il promit. Et jusque là, il a tenu sa promesse. Il n’a aucune envie de l’expliquer à l’homme qui est en face de lui. Néanmoins, il se sent obligé de se justifier, comme pour ne pas le froisser. « Je tiens très mal l’alcool… vraiment très mal. Un comble pour un prêtre, n’est-ce pas ? » explique-t-il de façon évasive. D’un geste un peu nerveux, il porte son verre d’eau jusqu’à ses lèvres, comme pour illustrer ce qu’il dit. Marquer le contraste. « Et vous, qu’est ce qui vous déplait tant que ça dans la religion ? » finit-il en posant le verre. Il n’est pas sûr de vous vouloir connaitre la réponse. Il a l’habitude d’entendre toujours les mêmes choses. Mais il souhaite détourner le sujet de la conversation vers autre chose que lui-même. 



codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 110
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : d3nver
CRÉDITS : tag
A DÉBARQUÉ LE : 19/08/2018

SITUATION : divorcé
EST ÂGÉ DE : 55 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Ven 7 Déc - 18:52


Too old to believe in ghost
Isak plisse les yeux, il regarde l’autre homme, essaie de le juger, comme si d’un simple regard il pourrait réussir à le lire, à savoir ce qu’il pense. Mais Isak n’en sait rien, il n’en saura jamais rien parce qu’il n’est pas médium, il n’a rien de spécial, pas de pouvoir pas de savoir, pas fou au point de croire qu’il puisse. Peut-être que dans une autre vie il aurait pu être capable de savoir comment lire sur les yeux, mais dans cette vie il ne peut pas, il n’en a pas le pouvoir, pas le savoir, pas le pouvoir divin. N’est-ce pas un autre pouvoir du seigneur de pouvoir regarder dans l’esprit des gens? De lire ce qu’ils pensent? De supposément pouvoir les gérer? Mais personne ne regarde dans les esprit. Et personne ne change les idées des gens. Personne n’a empêcher les guerres, empêcher les génocides, les meurtres en le nom supérieur. Peut-être qu’il ne les pense juste pas capable, ou peut-être qu’il ne veut juste pas les voir. Mais sincèrement s’il a abandonné le peuple alors pourquoi le peuple continue à croire en lui? Et la question peut raisonner parce que pourquoi? Pour quelle raisons est-ce qu’il garde foi? Qu’il garde confiance en l’amour d’une fille qui aurait certainement pu s’en débarrasser éternellement. C’est la même chose. Certaines personnes préfèrent être aveugles, ne pas voir telle ou telle situation. Croire en un quelque chose de plus haut. Parce qu’ils vivent dans un espaces des plus sombres et peut-être que s’il y a quelqu’un pour les aider, s’ils y croient alors peut-être que ça se passera bien pour eux, peut-être qu’ils auront ce qu’ils veulent. Isak secoue la tête. Peut-être qu’il n’a pas le pouvoir de lire dans les esprits mais il n’y croit pas.

« Au moins, ce n’est pas Lui qui lobotomise les patients. »
Lui. Un petit sourire triste passe sur les lèvres du psychiatre. «Je ne sais pas comment vous nommez la religion alors...» Il secoue doucement la tête avant de soupirer, ses mains se croisent, parfois, dans une simple conversation comme celle-ci il a l’impression d’être en consultation. «Aucun médecin de nos jours ne demande volontairement une lobotomie.» Il se penche en avant, vers l’homme. «Mais ici tous les médecins ne sont pas aussi sains d’esprits qu’ils le prétendent.» Après cela il se recule, se laisse retomber dans ce siège. «Et je ne dis pas que je suis la personne la plus saine ou la plus raisonnable dans cet endroit mais je ne donnerais jamais un homme pour qu’on lui retire sa vie. Même pour le rendre plus docile.» Parce qu’il a quelques principes que certains ne comprennent pas réellement. Lui? Avec des principes? Quelle est la logique? Quel est l’intérêt? Personne ne comprend réellement...

Il le regarde quelques instants, juge les gestes pour savoir si l’autre fait simplement ça dans le but de ne pas faire la paix avec lui. Mais il semble que le mal être est plus profond, la nervosité est présente sur les traits du père et le médecin rit doucement. «C’est vrai que c’est assez ironique venant de quelqu’un de votre ordre, je croyais que ça venait dans le package.» Il hausse les épaules. «Mais c’est respectable.» Sa tête se renverse pour laisser couler l’alcool dans sa gorge.

Un rire gras lui échappe, presque moqueur. Qu’est-ce qui lui déplaît dans cette religion? Dans toutes les religions finalement. Il n’aime pas l’idée des religions tout simplement, mais il ne peut pas se battre contre leur existence. Le psychiatre vient s’humidifier les lèvres avant de jeter un coup d’oeil à l’autre homme. «Le prenez pas personnellement pour la religion catholique mon père, ce que je vais vous dire s’applique à toutes.» Sa main trouve sa barbe qu’il vient gratter d’un geste distrait. «Je passe mes sessions, ma vie, à faire comprendre à mes patients que ce qui leur arrive est à cause d’eux, de leur vie, de leurs actes. Et vous ramenez un argument, un contrepoids énorme qui n’a pas sa place dans l’équation. C’est Dieu? C’est sa faute? C’est lui qui m’a dit de faire ça?» Il secoue doucement la tête. «Je me bat pour qu’il oublie la voix dans leur tête, qu’il oublie leur ami imaginaire mais parce que la société à décidé que son ami imaginaire pouvait fonctionner pour tout le monde alors c’est d’accord?» Son rire est presque triste. «Alors non je ne comprends pas comment on peut se tourner vers un dieu dont on a jamais eu l’existence, dont la croyance repose sur des textes qui n’ont pas arrêtés d’être modifiés à travers les âges.» Il hausse les épaules. «Ma mère est morte parce que son cerveau dysfonctionnait pas parce que Dieu l’a rappelée. Je suis un connard pas parce que Dieu m’a fait comme ça mais parce que je le suis devenu moi-même.» Il hausse les épaules. «Je reproche beaucoup de choses à cette hallucination collective.»
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
And his tears were streaming down his face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FOREVER VIRGIN
PILULES AVALÉES : 184
MIROIR : Gaspard Ulliel
IDENTITÉ : Sarada
CRÉDITS : Lilday
A DÉBARQUÉ LE : 24/06/2018

SITUATION : Marié à son métier
EST ÂGÉ DE : 32 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Mer 2 Jan - 0:29



Too old to believe in ghost


Le psychiatre sourit. Comme s’il trouvait les paroles du prêtre naïves. C’est probablement vrai, il sait bien que c’est un de ses défauts. Mais sur ce thème là, il est sûr de ce qu’il pense. De ce qu’il dit. Et tant pis si l’on est pas d’accord. Particulièrement ce médecin là d’ailleurs. Son point de vue sur la religion, et probablement sur la vie en général est différent du sien. Le jeune prêtre n’est pas contre remettre en question certaines idées, mais ici, elles semblent diverger à tel point qu’il n’y pense pas vraiment. En revanche, le point de vue du russe sur lui-même lui arrache un sourire. Personne ne peut se targuer d’être entièrement sain ou raisonnable, mais peu de personnes sont prêtes à accepter de ne pas l’être. Alors en faire l’aveu à haute voix…

« La lobotomie par religion fait partie des extrêmes… les sectes et les gourous en sont les chirurgiens. Mais la religion, dans son état, disons… classique, n’a pas vocation à faire perdre tout sens de la réalité aux croyants. » Il pique dans une pomme de terre et reprend. « Aucun prêtre de nos jours ne demande à sa paroisse de le croire aveuglément. Aujourd’hui, nous essayons simplement d’apporter de l’aide et un soulagement. » Il jette un regard à son interlocuteur, presque certain d’y voir de l’agacement ou au mieux, de l’exaspération. Telle est sa pratique, peut être l’autre ne le croira pas. « Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon, évidemment, tout comme nous ne sommes pas tous alcooliques ou pédophiles… » finit-il avec un sourire, en référence à la « blague » de Gallagher. Il en a rencontré, des prêtres et des évêques qui semblaient peu recommandables. Aux moeurs douteuses. Il ne se voile pas la face, prétendant que tout va bien dans l’Eglise actuelle. Mais il n’adhère pas à ce genre de choses, et ne veut pas que l’on généralise.

Il a l’habitude d’entendre des critiques, des avis négatifs, sur ses croyances et ses pratiques. Pourtant, il n’a jamais osé, à son tour, faire les mêmes remarques à quelqu’un qui ne croirait en rien ou en autre chose. Et ce qui lui échappe, c’est que les autres ne puissent en faire de même. C’est pourquoi il prend parfois le parti de poser la question qui fâche, directement. Comme ici. Probablement n’aurait-il pas du, car les réponses ne sont jamais plaisantes à entendre. Mais au moins il a atteint son but premier : détourner la conversation. Et puis, en un sens il est assez d’accord avec les arguments d’Isak. Paradoxalement. Probablement y-a-t-il été moins confronté que le psy, mais il a également rencontré des personnes qui prétendaient faire des choses au nom de Dieu. Comme s’il leur en avait donné la mission. Bien entendu, en tant qu’homme d’Eglise, on pourrait avoir la même idée sur lui. La plupart des ecclésiastiques n’ont-ils pas pour habitude de parler au nom du Seigneur ? Faisant comme s’il leur avait donné un livre à réciter… Livre qui, comme le rappelle si bien le médecin, a été écrit par des Hommes, et modifié au fil du temps. Il mâchonne une pomme de terre, écoutant ces paroles, pensif. Les derniers mots lui décrochent un levé de sourcil étonné. A nouveau, le russe le surprend en lui partageant son opinion de lui-même. Néanmoins, le discours ne le surprend pas plus que cela. Et il est d’accord. Ce n’est pas Lui qui transforme les gens. Ni qui choisi délibérément de les rappeler à lui. La vie a son rôle à jouer, naturellement. Il peut arriver, parfois, qu’il intervienne. Ou au contraire n’intervienne pas et laisse les choses arriver. Et probablement est-ce cela la meilleure solution. Elle peut sembler la plus terrible, la moins miséricordieuse, mais à quoi cela servirait-il de vivre s’il l’on savait d’avance à quel moment le Seigneur nous rappellerait à lui ? Dans tous les cas, Théo estime que le libre arbitre prévaut véritablement.

« Ça se tient… mais je pense que cela fait longtemps qu’il n’a pas essayé de communiquer avec nous… Il a du voir le désastre de Jeanne d’Arc et se dire qu’il était temps d’arrêter… » Le français joint une moue un peu boudeuse à ses paroles, comme pour en accentuer l’effet.. Il essaye de faire de l’humour, et probablement est-ce raté. Les blagues, ça n’a jamais été son fort… Mais après le début de conversation un peu houleux, il voudrait bien détendre un peu l’atmosphère. Si le médecin lui rappelle pour quelles raisons il est de mauvaise humeur, ce n’est pas lui le responsable pour autant. De plus, il sait bien que ce n’est pas l’endroit, ni le moment, pour réellement essayer d’avoir une conversation sur ce sujet. Et pour être honnête avec lui-même, il n’a pas envie d’essayer de convaincre l’autre. Chacun ses idéaux, ses croyances. « Et donc, pourquoi avez-vous choisi de devenir un « connard », comme vous dites ? » Il mime les guillemets, comme pour ajouter une touche d’humour, mais il se pose réellement la question. Que peut-il arriver à un homme pour qu’il décide de suivre une voix pleine de ronces ?


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODERATEUR
PILULES AVALÉES : 110
MIROIR : Jeffrey Dean Morgan
IDENTITÉ : d3nver
CRÉDITS : tag
A DÉBARQUÉ LE : 19/08/2018

SITUATION : divorcé
EST ÂGÉ DE : 55 ans
avatar

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   Dim 6 Jan - 2:35


Too old to believe in ghost
Finalement, bizarrement, Isak ne hait point l’homme d’Eglise. Parce qu’il est plus facile pour Isak de hair les choses, les gens, que de les aimer. C’est plus simple, plus logique et de cette manière il s’engage bien moins dans des sentiments qu’il n’a pas envie de ressentir. Après il ne va pas ressentir des sentiments extrêmes pour l’autre, ne va pas le demander en mariage ici et maintenant mais le fait est qu’Isak ne ressent plus une totale indifférence à son sujet, voir de l’énervement. Il trouve l’autre homme intéressant à vrai dire. Sans trop savoir pour quelle raison d’ailleurs. Peut-être la manière dont il est braqué sur ses positions, qu’il affirme ce qu’il dit sans être ébranler par les piques ou simplement les dires d’Isak. Et obligatoirement c’est une façon d’être qui attise le respect du plus vieux.

«Je sais. Malheureusement la religion catholique est une secte qui a fonctionné comme disait mon père.» Il sourit doucement. «Le prenez pas mal Duclos.» Un soupire échappe le médecin. «Le fait que l’on soit obligé de préciser qu’il y a un extrême et qu’on vit en dehors de l’extrême chaque jour montre déjà que quelque chose coince.» Isak se passe la main sur sa barbe. «Ceci dit cela vaut aussi pour la science.» Sauf que la science aide des gens à guérir. Là aussi Isak sait que l’autre aurait quelque chose à lui répondre. «Je n’en sais rien. Voilà bien longtemps que j’ai pas posé le pied dans une église. Je suppose que ça s’est amélioré depuis la dernière fois que j’ai assisté à une messe.»

Un petit sourire passe sur les lèvres du médecin, un petit sourire coupable tandis qu’il se laisse retomber dans sa chaise, lève les bras un peu au dessus de sa tête dans un geste d’excuse. «Pas sympathique de ma part, je retire Duclos. Vous n’avez pas la tête d’un pédophile.» Personne n’a la tête d’un pédophile. Pour en avoir confronter certains lors de séances, Isak n’est pas capable de dire. Une fois il a serrer la main d’un des hommes trop fort, oups. «Alcoolique c’est presque compréhensible dites.» Un soupir lui échappe. Parce que le médecin préfèrerait sans hésitation qu’il pousse sur la bouteille qu’il pousse sur les enfants en fait. Comme lui. Isak pousse sur la bouteille, paye ton psychiatre.

Isak rit une nouvelle fois. «Jeanne d’Arc... Quand j’étais plus jeune c’est uns histoire qui me passionnait. On me l’a jamais appris à l’école, on a jamais voulu me forcer à comprendre quoi oui le seigneur avait poussé ses idées dans la tête de cette femme. Je l’ai appris tout seul et j’ai jamais été capable de me l’expliquer.» On avait jamais eu l’occasion de lui apprendre. Isak étant né en Russie, l’histoire française ou celle anglaise ce n’était pas vraiment la priorité de son éducation. Il avait pris le savoir de s’informer tout seul parce que maman aimait la religion et croyait qu’on pourrait régler les choses grâce à cette dernière. Isak en rigole presque. Enfin, il a plus envie d’en pleurer mais il ne le fait pas en public, il regarde l’autre. «Elle a mal finie cette pauvre femme. Comme quoi être envoyé du seigneur ça n’a pas que du bon.» Il rit doucement une nouvelle fois.

Une nouvelle fois le médecin amène la flaque à ses lèvres pour en prendre une gorgée. La question du prêtre le fait doucement rire. Il hausse les épaules, bonne question. «Je pense que je l’ai choisi parce que c’est plus simple que d’être un humain bien constitué avec ses choix logiques qui ne foire pas sa vie.» Isak hausse les épaules. «MEh, j’me plains pas.»
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
And his tears were streaming down his face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Too old to believe in ghost [Théodore]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Too old to believe in ghost [Théodore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GHOST ISLAND
» José Théodore
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the Shell Arise
» 07-ghost, la quête de l'équilibre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: A walk in Ostrov Island :: The Murder House :: The Cafeteria-