AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous avons besoin de psychologues et de médecins.
D'ailleurs, pensez à nos scénarios, ils sont très attendus ! ♥
Merci de jeter un coup d'œil aux pathologies du forum.

Partagez | 
 

 Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Sam 6 Mai - 1:22


There are no stars in the sky here. There is no sky.


Nom : Vespucci
Prénom : Nirina
ge : 31 ans
Date de naissance : 7 février 1986
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Particularités : A anciennement souffert du syndrome du Sauveur, psychologue de peu de vertu.
Habitudes : Lire ce qui lui passe sous la main ○ Choper des ragots ○ Penser à lui et ses dessins et s'énerver de le faire ○ Voir Calypso lorsqu'elle a une idée pour tourmenter gentiment un patient ○ Se balader dans le parc ○
Groupe : Narcissus Poeticus
Avatar : Carey Mulligan
FicheFiche de lien

Anecdotes
1. C’est une grande connaisseuse des vins italiens. Donnez-lui n’importe quel verre et elle sera presque à coup sûr capable de vous donner l’année et le vignoble. Si elle n’avait pas été poussée dans la voie de la psychologie, elle serait devenue oenologue. 2. Lorsqu’elle est stressée ou nerveuse, elle a tendance à se mâchouiller l’intérieur des joues en s’arrachant des morceaux de muqueuses avec les dents. Ces mini-crises de mutilation lui ont laissée des petites cicatrices qui lui causent une vive douleur lorsqu’elle les mord par mégarde en même temps que sa nourriture. 3. Elle tient à la décoration de son bureau comme à la prunelle de ses yeux. Elle adore remplir son espace de travail avec de multiples oeuvres d’art. Sa décoration est plutôt de style classique-chic avec un bureau en bois d’ébène de Madagascar qu’elle a directement fait importer d’un ébéniste florentin et un fauteuil capitonné en cuir. Elle tient particulièrement à sa reproduction des Raboteurs de parquet de Caillebotte peint par sa tante, son Ficus Elastica Robusta qu’elle arrose chaque matin et sa statuette en bronze de la louve du Capitole. 4. Petite, elle était une excellente nageuse et a remporté quelques médailles mais elle ne se voyait pas continuer la compétition toute sa vie. Elle a d’ailleurs dû définitivement abandonner la natation en entrant à la fac de médecine. 5. Elle a une peur bleue des gros papillons de nuit, si l’un d’eux pénètre dans sa chambre, elle serait capable de réveiller toute la maisonnée avec ses cris jusqu’à ce qu’on lui en débarrasse. 6. Elle adore les musiques rétro des années 80, elle s’en est faite une playlist qu’elle écoute le soir dans sa chambre en rentrant du bureau. 7. Lorsqu’une séance avec son patient l’ennui, elle prétexte qu’elle doit lire un mail urgent d’un de ses collègues alors qu’en réalité elle surfe sur Internet pendant que le patient continue à parler. 8. C’est une grande adepte des séries et le soir, elle n’hésite pas à piquer de la bouffe dans les cuisines pour se faire un plateau-repas devant Netflix. 9. Elle déteste les gens qui la prennent pour une imbécile, les impolis ou irrespectueux et pire que tout, les nombrilistes. Elle a beaucoup de mal à garder son calme face à eux et elle n’a pas sa langue dans sa poche pour le leur faire comprendre. 10. Son style vestimentaire est plutôt sobre mais élégant. Elle adore porter des vestes et chemisiers avec des jupes-tailleurs dans les tons froids et elle ne porte presque que des talons hauts. Avant d’arriver à Ostrov, elle claquait tout son argent en fringues et maquillage. Elle frise presque la superficialité car elle n’aime que les belles choses et regarde dédaigneusement la camelote. 11. Elle rêve secrètement de trouver l’homme parfait et de fonder une famille avec pleins d’enfants. Elle a longtemps souffert d’être enfant unique et n’aspire qu’à avoir une grande famille. Elle sait très bien le cacher mais au plus profond d’elle, c’est une petite fleur bleue romantique. 12. Ses amis sont toute sa vie, elle compte les jours la séparant de ses congés où elle pourra rejoindre le continent pour les retrouver. Elle possède une photo de leur groupe sur l’étagère de sa chambre mais elle ne la regarde jamais pour ne pas pleurer face à la souffrance qu’elle éprouve de ne plus les voir. 13. Elle adore les reptiles, sont plus grand rêve et d’avoir un iguane et un boa. Elle est fascinée par les serpents en tout genre jusqu’à penser qu’elle devait être une vipère dans une vie antérieur, vu sa capacité à cracher son venin lorsqu’on la cherche un peu trop. 13. Paradoxalement, elle est capable de sortir une phrase soutenu presque pompeuse et de la terminer par une insulte italienne pour marquer avec fierté son appartenance à l’Italie. Son pays lui manque plus que tout et elle n’aspire qu’à quitter Ostrov pour revoir Florence, la ville où elle a vécu.


Une Histoire de famille




Dr. Cesare Vespucci
L'héritage d'un nom
Un père exigeant et réputé dans sa profession. Vous avez déjà probablement dû entendre parler du docteur Cesare Vespucci, directeur de l’institut psychiatrique de Fullbourn. Bien que mon avis reste subjectif, je ne pense pas me tromper en prétendant qu’il est une pointure dans son domaine. J’ai rarement eu l’occasion de voir des professionnels faire preuve d’autant de minutie, de passion et d’acharnement dans leur travail. Il n’est pas réputé pour être un cœur de guimauve avec ses patients certes, néanmoins il les respecte. Depuis tout petit, il s’est toujours intéressé aux mécaniques du psychisme humain, il a su très tôt que sa vocation été d’être psychiatre. Je pense que ce qui lui a permis d’accéder aux plus hauts sommets, c’est sa persévérance à toujours repousser les limites possibles, à fouiller là où personne n’a eu l’idée de chercher. Selon mon père, rien n’est plus important que l’héritage de notre nom. Vespucci. Ce devoir de toujours le faire briller, il le tient de son père, qui le tenait de son père et ainsi de suite… Certains pourraient le voir comme un homme froid, autoritaire et austère, moi je le vois comme un homme pragmatique et rigoureux. Il avait de grandes attentes pour moi, emprisonné dans son rêve de me voir prendre la relève en marchant sur ses traces. Mais j’ai été incapable d’être la fille qu’il voulait que je sois. Et même si aujourd’hui je lui en veux toujours pour m’avoir obligé à suivre une voie qui n’est pas la mienne, j’éprouve quand même de l’affection pour lui, car il reste mon père. Et malheur au premier qui oserait dire du mal de lui…
Dr. Sophie Vespucci
Une famille à honorer
Une mère distante et peu démonstrative. La relation mère-fille qui nous lie est assez complexe et plutôt tendu. Elle a toujours fait preuve d’une implacable sévérité dans sa façon de m’élever, ne me laissant rien passer. J’ai toujours aimé la comparer à un faucon, gracile et majestueuse comme ce rapace, mais aussi incisive et fatale avec ses proies. J’ai dans ma mémoire plus de souvenirs d’elle me hurlant que je ne suis pas à la hauteur de mon nom, que de souvenirs où elle disait qu’elle m’aimait. Me l’a t-elle seulement dit un jour ? Mais ce qui m’empêche de la haïr au plus haut point pour se comporter ainsi avec moi, c’est parce que je sais pourquoi elle a agit de cette façon. Ce que le poids de ce nom me fait subir, elle l’a subit longtemps avant moi. Elle a dût se battre et faire ses preuves avant d’intégrer le clan Vespucci. Elle était prête à tout pour être avec mon père, y compris affronter l’impitoyable Lucius et la glaciale Octavia Vespucci. C’est surtout la peur de ne pas être à la hauteur en ne donnant pas une progéniture digne de ce nom à mon père, qui l’a poussé à se comporter ainsi avec moi. Elle a dû vivre dans la crainte que si j’échouais à reprendre le flambeau, la faute lui serait imputée et plus important que ma réputation, c’était aussi la réputation de sa famille, les Sokolov qui était en jeu. D’abord psychiatre à Genève, elle a arrêté sa carrière pour se concentrer sur mon éducation. Lors de notre déménagement en Grande-Bretagne, elle a décidé de reprendre le travail et s’est faite engager par le British Journal of psychiatry pour y rédiger des articles sur les dernières avancées psychiatriques.

Ce qui caractérise l’histoire de ce nom, c’est cette ambition sans limite de le faire perpétuer à travers les générations pour que jamais il ne s’éteigne, ni ne perde de son éclat. La force de notre patronyme réside dans le fait qu’il s’est toujours distingué dans le domaine professionnel exercé par celui qui le portait. Mes ancêtres se sont d’abord illustrés dans les Arts de la guerre, à commencer par Cesare Vespucci, mon arrière-grand père. Issu d’une famille de militaires, c’est au cours de la Seconde Guerre mondiale qu’il s’est fait remarquer. Il a par la suite poussé son fils, Lucius dans cette voie. Petite, grand-père adorait me raconter ses exploits militaires, j’y avais droit à chaque repas de famille. Je n’ai jamais réussi à déterminer si je l’aimais ou si je le craignais, probablement un peu des deux. Lorsque nous discutons ensemble, j’ai toujours cette désagréable impression d’être analysée dans le moindre détail. Il a été marié une première fois à Octavia Della Scala, on raconte qu’elle était la seule à pouvoir calmer son caractère emporté et qu’il n’y avait qu’avec elle qu’il se montrait aussi doux qu’un agneau. Douce, gentille et très belle, elle a d’abord donné naissance à des faux-jumeaux, Cesare mon père et Nirina. On raconte que Nirina était le portrait craché d’Octavia, et Cesare celui de Lucius. Ils étaient tous deux inséparables, liés comme les doigts de la main, jusqu’à ce qu’une tragédie vienne s’abattre sur eux. À l’âge de 13 ans, Nirina est partie durant son sommeil. Rupture d’anévrisme. Sa mère ne s’en est jamais remise, après la perte de sa fille, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Malheureusement, je n’ai jamais eu la chance de la connaître car elle est décédée en mettant au monde mon oncle, Auguste. C’est un sujet tabou dont on ne parle jamais, mais sa femme Kumiko, m’a raconté un jour que grand-père le tenait pour responsable de la mort d’Octavia. Père me parle très rarement de sa sœur ou de sa mère, probablement parce qu’il n’a jamais réussi à en faire complètement le deuil.

J’ai toujours aimé Auguste, un grand rieur avec qui je me suis beaucoup amusé. Kumiko et lui ont eu un fils, mort le lendemain de sa naissance. Après ce malheur, ils n’ont plus jamais trouvé le courage d’avoir un autre enfant. Entre-temps, mon grand-père s’était remarié à Olivia Baronelli. Me croirez-vous si je vous disais que ma mère est un ange comparé à elle ? Je n’ai jamais connue de femme aussi froide et cruelle que cette femme, elle ne vous regarde pas, elle vous juge. Et lorsqu’elle s'abaisse à vous adresser la parole, c’était comme recevoir un seau de glace en pleine face. Mon oncle ne désirant plus avoir d’enfant, c’est à mon père qu’est revenu le devoir d’engendrer un nouvel héritier. Ce dernier s’est pris bec et ongle avec ma mère pour que je porte le nom de sa défunte sœur, mais face à un Vespucci, mère n’avait d’autre choix que de céder. Ils ne me l’ont jamais dit clairement, mais je devine qu’ils auraient préféré un fils. Sans doute parce que lorsque je me marierai – ce qui ne semble pas gagné pour l’instant – je devrai prendre le nom de mon époux et quand bien même je souhaiterais garder mon nom, il serait « entaché » par le nom d’un autre.

black pumpkin - nalex - verendrye - blitz


Dernière édition par Nirina Vespucci le Sam 17 Fév - 22:21, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Sam 6 Mai - 1:40



Les patients


Seth Frances
Stade intermédiaire.


Une âme brisée par une perte fraternelle

Dossier médical

Nom : Frances
Prénom : Seth
Date de naissance : 04/08/1974
Lieu de naissance : Écosse
Situation familiale : Célibataire, sans enfants.
Profession : Anciennement policier
Particularités : A perdu son jeune frère (policier également) lors d'une interpellation ayant mal tourné.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Éviter de le laisser sans surveillance lorsque tout objet acéré est à proximité

Historiques des consultations

DateMotifObservations
29/12/2016Rencontré dans le parcCas de dépression complexe.

Pathologies observées : Dépression et forte tendance suicidaire suivi de troubles anorexiques et tendance bipolaire.

Diagnostique associé à prendre en compte : Dépression et pensées suicidaire dû à la mort de son jeune frère envers qui il était très attaché.

Stade la de maladie : Intermédiaire

Projet thérapeutique : La première rencontre n'ayant pas un caractère thérapeutique, il sera nécessaire de le voir durant une séance en bureau afin de déterminer ce projet.

Résumé : La première fois que j'ai rencontré Seth, c'était dans le parc. Je l'ai aperçu au moment où il tentait de s'ouvrir les veines de l'avant-bras au moyen d'une pierre. Je suis restée auprès de lui et la discussion s'est vite orientée vers ses envies de suicide. La perte de son frère l'a complètement anéanti puisqu'il le percevait comme sa raison de vivre. Malgré mes efforts, aucune amélioration n'a été noté dans son comportement. Il n'est pas dangereux pour les autre, mais l'est pour lui. J'ai dû mettre un terme à la discussion après que le ton soit monté et que le patient ait demandé à regagner sa chambre.
Une séance dans un lieu calme et propice sera nécessaire pour reprendre le diagnostique.

Mis à jour le : 14/05/2017

code (c) black pumpkin



Viktor Andreassen
Stade avancé.


Big Brother is watching you...

Dossier médical

Nom : Andreassen
Prénom : Viktor
Date de naissance : 29/12/1979
Lieu de naissance : Listvianka (Sibérie, Russei)
Situation familiale : Célibataire, sans enfants.
Profession : Aucune.
Particularités : La petit soeur du patient est décédée (noyée ) alors qu'elle était sous la responsabilité de ce dernier.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Patient qui ne semble pas dangereux pour autrui mais à surveiller.

Historiques des consultations

DateMotifObservations
07/06/2017Premier contactAucunes.

Pathologies observées : Patient atteint de paranoïa avec délire de persécution.

Diagnostic associé à prendre en compte : En raison de ses troubles, le patient est persuadé que sa soeur est toujours en vie et qu'elle a été enlevée. Il pense être surveillé par un organisation ou victime d'un complot.

Stade la de maladie : Avancé

Projet thérapeutique : À déterminer.

Résumé : À venir.

Mis à jour le : 15/08/2017

code (c) black pumpkin


Kyle Callum Wilson
Stade intermédiaire.


Les enfants n’ont pas peur du noir mais de ce qui s’y cache

Dossier médical

Nom : Wilson
Prénom : Kyle, Callum
Date de naissance : 20/03/1989
Lieu de naissance : Londres, Grande-Bretagne
Situation familiale : Célibataire, sans enfant.
Profession : Activité en tant que dealeuse
Particularités : Enfant maltraité né de père alcoolique. Patient ayant fait 4 tentatives de suicide lorsqu'il avait 15 ans.  A agressé sa soeur à l'âge de 16 ans à l'aide d'un couteau, enfermé durant 3 ans à la cave suite à cette agression.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Patient non dangereux pour les autres mais à surveiller en raison de ses tendances à se mutiler.

Historiques des consultations

DateMotifObservations
22/12/2017Première rencontreÀ venir.

Pathologies observées : Atteint de terreur nocturne, crise sévère d'auto-mutilation, potentielles agressions physiques.

Diagnostic associé à prendre en compte : Le patient souffre d'une phobie du noir en raison de son passé, il est alors sujet à subir des crises d'angoisses la nuit au moment du coucher.

Stade la de maladie : Intermédiaire

Projet thérapeutique : Il conviendra d’échelonner les séances et de tenter de se concentrer sur les terreurs nocturnes. Il sera nécessaire de creuser la piste du passé afin de déterminer les causes des terreurs nocturnes et de trouver une façon d’y remédier.

Résumé : À venir.

Mis à jour le : 30/12/2017

code (c) black pumpkin


Soan Aimée Calloway
Stade avancé.


Vipère de feu dans un corps d’ange

Dossier médical

Nom : Calloway
Prénom : Soan Aimée
Date de naissance : XX/XX/1994
Lieu de naissance : Californie, Etats-Unis.
Situation familiale : Célibataire, sans enfants.
Profession : Sans profession.
Particularités : Patiente née dans un climat violent et instable avec un père battant sa mère, tentative de meurtre sur une élève de son lycée, agression sur l’un de ses anciens psychiatres ainsi que sur son père.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Attention, patiente devant bénéficier d’une surveillance accrue en raison de ses troubles ( se référer aux pathologies observées listées ci-dessous).

Historiques des consultations

DateMotifObservations
Xà venirà venir.

Pathologies observées : Troubles schizo-affectif et émotionnels, tendance au sadisme, crise de névrose hystérique.

Diagnostic associé à prendre en compte : La patiente n’est pas consciente de son état et ne se considère pas comme malade. Incapacité à se contrôler si le sujet de sa maladie est abordé, tentera de s’en prendre aux objets ou à autrui. N’hésite pas à utiliser la violence pour extérioriser sa souffrance et sa peur de l’abandon.

Stade la de maladie : Avancé

Projet thérapeutique : Il serait préférable de d’abord rencontrer la patiente avant d’élaborer un quelconque projet thérapeutique. En raison de la nature violente de ses troubles, il est très peu probable d’espérer des améliorations dans un premier temps. Prescription de psychotrope à envisager.

Résumé : À venir.

Mis à jour le : 30/12/2017

code (c) black pumpkin


Lexie Jenkins
Stade très avancé.


Foutu petit démon aussi désespérant que fascinant

Dossier médical

Attention dossier sous scellé, accès strictement réservé au psychologue attitré et aux autorités compétentes.

Nom : Jenkins
Prénom : Lexie
Date de naissance : 09/06/1990
Lieu de naissance : Californie, Etats-Unis
Situation familiale : Célibataire, sans enfants officiellement (maquée avec un nuisible aussi stupide que dangereux, a réussi à se faire mettre un polichinelle dans le tiroirs avant de l’en extirper)
Profession : Sans profession ( hormis celui qu’exerce Satan, soit faire de ma vie un enfer sur Terre)
Particularités : A grandi dans un contexte familial instable et violent avec son père pour seul parent ( mère ayant quitté le domicile familial). Père violent, certains indices dans le comportement de la patiente laissent à penser qu’elle a subi des sévices de son père. Patiente violente et n’agissant que sous couvert de la provocation. ( de toute évidence elle était condamnée dès l’enfance )
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci ( à mon plus grand malheur…)
Recommandation : Patiente extrêmement dangereuse devant bénéficier d’une étroite surveillance. Peut se fabriquer une arme avec n’importe quel objet, à ne laisser seule sous aucun prétexte. ( FUYEZ PAUVRES FOUS. )

Historiques des consultations



DateMotifObservations
03/12/2016Premier contact - confiné en isolementM’a bien fait comprendre que je l’importunais...
06/07/2017Thérapie de groupeDésolants; désespérants; calamiteux, déplorables, lamentables, pitoyables...

Pathologies observées : Fort taux de psychopathie; tendance majoritaire au sadisme et masochisme sexuel. ( Son existence est à elle-seule une pathologie.)

Diagnostic associé à prendre en compte : La patiente souffre également d’une fascination morbide pour le sang jusqu’à lui faire provoquer de violentes crises extrêmement dangereuses, elle semble être au courant de son état mais ne montre aucune envie de guérison. N’éprouve aucuns regrets pour ses actes de cruautés. Forte tendance à la manipulation.

Stade la de maladie : Très avancé (sans espoir)

Projet thérapeutique : À déterminer. En raison des pathologies de la patiente et de sa dangerosité, il semble que le seul traitement possible soit pour l’instant la prise de psychotropes pour atténuer les effets de sa maladie. ( un bon coup de club de golfe dans la tête jusqu’à lui remettre le cerveau à l’endroit et les idées en place.)

Résumé : J’ai rencontré Jenkins la première fois en isolement où cette dernière avait été envoyée pour s’être mutilée. Cette première rencontre fut extrêmement pénible pour les deux parties et s’est soldée par un échec devant le refus de la patiente à vouloir suivre une séance normale dans mon bureau. La seconde rencontre a eu lieu lors d’une thérapie de groupe en présence de deux autres patients, Amy McKenzie et Edward Dawkins. La séance avait pour but d’obtenir les mêmes résultats que nos confrères allemands et d’aider les patients à comprendre leurs douleurs grâce aux récits de leurs semblables. La séance n’a obtenu aucun résultat et aucune amélioration n’a été notée chez Jenkins. ( Quoique une séance improvisée dans les cuisines m’a prouvée que la patiente était tout à fait capable de se contenir et de faire preuve de douceur lorsqu’elle y mettait du sien.)

Mis à jour le : 30/12/2017

code (c) black pumpkin



Kayden T. Cooper
Stade intermédiaire.


Another lonely day with no one here but me

Dossier médical

Nom : Cooper
Prénom : Kayden, Thomas
Date de naissance : 13/02/1990
Lieu de naissance : Londres.)
Situation familiale : Célibataire, sans enfants.
Profession : Non renseigné.
Particularités : Iatus.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Iatus.

Historiques des consultations

DateMotifObservations
à venirà venirà venir

Pathologies observées :Patient borderline avec une forte tendance à la bipolarité.

Diagnostic associé à prendre en compte : Comportement agressifs, tendances suicidaires, TOCs et troubles alimentaires.

Stade la de maladie : Intermédiaire

Projet thérapeutique : À déterminer.

Résumé : À venir.

Mis à jour le : 20/02/2018

code (c) black pumpkin


Stieg Ingvar Scheele
Stade avancé.


Goldene Feder. Schwarzes Gefieder.

Dossier médical

Nom : Scheele
Prénom : Stieg, Ingvar
Date de naissance : XX/XX/1992
Lieu de naissance : Ville non renseignée, Allemagne.
Situation familiale : Célibataire, sans enfants.
Profession : Aucune.
Particularités : Anciennement membre d’un gang, les Hells Angels (rattaché à l’Allemagne). Sorti de prison (condamnation pour meurtre) afin de finir de purger sa peine dans l’établissement psychiatrique d’Ostrov Island. Faibles notions de la langue anglaise.
Psychologue Assigné : Dr. Vespucci
Recommandation : Recruter un traducteur bilingue ?

Historiques des consultations

DateMotifObservations
à venirà venirà venir

Pathologies observées : Interné pour cause de toxicomanie, sévères tendances à la dépression...

Diagnostic associé à prendre en compte :  Forte impulsivité, comportement. Patient replié sur lui-même.
Stade la de maladie : Avancé

Projet thérapeutique : À déterminer.

Résumé : À venir.

Mis à jour le : 20/02/2018

code (c) black pumpkin


Dernière édition par Nirina Vespucci le Mar 20 Fév - 3:14, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Sam 20 Mai - 14:18




AUTOMNE 2016

Une arrivée mouvementée :  
Je me souviens de mon arrivée à Ostrov Island (x) comme si c'était hier. Une fois que mon père m'a laissé sur le ponton avant de reprendre le bateau en direction du continent, j'ai dû me débrouiller seule pour arriver jusqu'à l'entrée de l'hôpital. Heureusement Calypso était là pour me faire visiter, et il m'en aura fallu du temps pour réussir à me repérer.

Ce qui m'a d'abord frappé à Ostrov Island, c'était l'ambiance malsaine qui s'en dégageait. Au dépars j'essayais de ne pas y prêter attention mais j'étais loin de me douter que cet endroit était pire qu'une prison. J'étais une véritable bourreau de travail, l'envie d'aider les patients à s'en sortir était mon unique occupation. Je n'avais qu'un seul objectif, réussir la mission que mon père m'avait confié, trouver des traitements thérapeutiques qui feraient ma renommée et ainsi continuer à faire briller le nom Vespucci. Comme j'étais naïve...

Une rencontre fortuite :
Je ne le savais pas encore à l'époque, et si on me l'avait dit je ne l'aurais pas cru, mais la rencontre avec Isak Gallagher (x) fut celle qui a probablement dût sceller mon destin. Seigneur comme il avait le don de m'énerver à l'époque, avec sa manie de ne pas respecter les règles. Je le fuyais comme la peste, il m'empêchait de travailler correctement car je n'avais de cesse de penser à lui. Je le voyais comme un grain de sable s'immisçant dans le plan de ma vie. J'avais désormais un nouveau problème sur les bras, accomplir ma mission en le sortant de ma tête.

Cette sombre part de moi-même :
Ce jour là restera gravé au fer rouge dans mon esprit, comme une blessure qui refuse de cicatriser correctement. En me rendant en isolement pour ramener Lexie Jenkins avec moi(x), j'étais loin de me douter du crime irréparable dont je serais la victime... Cette patiente a réussi à extirper une sombre facette de ma personnalité que je n'aurais jamais voulu découvrir. Ce démon m'a poussé à bout et m'a obligé à m'en prendre à elle. Mais cette faute professionnelle ne valait ce qu'elle m'a fait subir après en représailles...


Pour résumer, je dirais que cet automne a marqué un tournant dans ma vie, mais pas un tournant positif. J'ai atterri dans un hôpital sordide, où mes nerfs étaient mis à rude épreuve. J'étais persuadée d'accomplir ma destinée jusqu'à ce que des évènements viennent perturber ma vie. Je m'efforçais d'aider les patients tout en pensant à un autre et je devais vivre au jour le jour en sachant que je pouvais être capable du pire.


code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Mar 15 Aoû - 19:47




HIVER 2016

Décembre ; Janvier ; Février :
Peu après Noël, j’ai rencontré dans le parc un patient qui tentait de mettre fin à ses jours (x), il s’agissait en fait d’un de mes propres patients. On ne peut pas dire que notre première rencontre se soit terminée en bon terme… Et moins d’une semaine suivant le Nouvel An, j’ai accueilli dans mon bureau Kaleb Sharp (x). Je dois bien avouer que c’était la première fois que je m’attaquais à un dossier aussi “solide” et la séance est passée par bien des montagnes russes. Heureusement j’ai pu compter sur ma rencontre avec Niamh (x), psychiatre fraîchement arrivée, pour égayer mes journées, une jeune femme aussi gentille que douce.

8 janvier :
Cependant, rien n’arrivait à me faire oublier la profanation de Jenkins sur mon corps. Alors j’ai fais ce que beaucoup font quand ils veulent oublier leurs problèmes, j’ai ouvert une bouteille de vin jusqu’à la vider. Je dois bien avouer que c’était la meilleure idée que j’avais eu depuis longtemps, sans elle je n’aurais jamais eu l’occasion de trouver Isak dans les douches (x) de l’aile des femmes. Ce moment partagé avec lui a été le plus beau que j’ai vécu depuis mon arrivée à Ostrov. J’ai bien vite compris que j’allais avoir du mal à me passer de sa présence à mes côtés.

4 février:
Une ignominie sans nom. As-tu éprouvé autant de plaisir que moi Jenkins (x) ? Probablement… Je pense que ce soir là a marqué le début de la fin. De ma fin. Comment ai-je pu m’avilir à ce point ? Était-ce la pression grandissante de mes parents ou l'accumulation de mes échecs qui m’ont fait flancher ? Sûrement un peu de tout cela. Je n’aurais jamais dû quitter mon bureau pour rejoindre les cuisines, je n’aurais jamais dû boire autant, j’aurai dû quitter la pièce dès l’instant où tu es apparu. Referais-je la même erreur si c’était à refaire ? Certainement…

15 et 16 février :
Tout acte a des conséquences. Toute vérité finit toujours par resurgir au grand jour. Tant de choses s’étaient passées entre le moment où j’avais retrouvé Isak dans les douches et ce soir là où j’avais décidé de travailler jusque tard dans la nuit. Ce soir qui aurait dû être aussi calme qu’un lac de montagne s’est finalement soldé par un terrible et sanguinolent massacre dès qu’Isak a posé un pied dans mon bureau (x). Je lui en voulais de ne pas m’avoir donné signe de vie, je lui en voulais du passif qu’il y avait eu entre elle et Jenkins, je lui en voulais parce que je refusais d’affronter mes propres erreurs.
Et pourtant, il faut croire que les miracles existent. Malgré la terrible dispute qui s’était déroulée la veille, Isak est quand même venue toquer à ma chambre (x). Il m’a surprise alors que je faisais mes bagages pour quitter cet hôpital maudit qui me rongeait de l’intérieur. Le moment était enfin venu de mettre au clair ce qu’il se passait entre nous.  Et j’ai finalement décidé de rester ici, de renoncer à partir, pour lui. Parce que malgré toutes les embûches qui s’étaient dressées sur notre chemin, nous éprouvions l’un pour l’autre le même sentiment. Et qu’après la déclaration qu’il m’avait avoué, je ne pouvais tout simplement plus m’éloigner de lui.

5 mars :
Un jour, Marcel Godin a dit : “Pourquoi dire humanité quand c'est bestialité qu'il conviendrait de dire si on craignait moins les mots !”. Il a fallu attendre ce jour de tempête qui avait plongé l’hôpital dans le noir et le chaos le plus total (x), pour qu’enfin j’en comprenne sa pleine signification. Cette soirée perdue dans la forêt aux côtés de Lexie, Edward et Piper est définitivement le moment où j’ai fatalement sombré dans un monde d’abîmes obscures, de désespoirs et de désillusions. Il a fallu qu’un garde nous retrouve, tire sur l’épaule de Lexie avant de se faire abattre par ce détestable Dawkins pour qu’enfin je comprenne que les patients d’Ostrov n’étaient que des animaux irrécupérables et condamnés.


Voilà un hiver bien peu banal que celui-ci. Il semble que mes attentes et mon optimisme se soient fanés comme une fleur en hiver, même si j’ai pu compter sur une lueur d’espoir pour venir me réchauffer.
En rentrant de la forêt, j’ai réalisé que plus rien ne serait jamais pareil. Il y a une différence entre être responsable de la mort d’une personne qui était déterminée à mettre fin à ses jours, et être responsable de la mort d’une personne qui ne voulait pas mourir.



code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Mar 15 Aoû - 22:40




PRINTEMPS 2017

Avril ; Juin :  
Le printemps, saison qui annonce le retour des beaux jours, symbole du renouveau. Il semblerait que l’ironie du sort ait décidé de me plonger en Enfer à la période où l’on célèbre la renaissance. Il faudra que je songe à éviter de laisser traîner mes affaires (x) dans mon bureau pour les fois prochaines, inutile de tenter Violet une fois encore. Fait étonnant, il m’a été donné l’occasion de devoir traiter un garde qui possède un dossier comme les autres patients (x). Et en rencontrant Hunter je me suis rendue compte que l’on ne pouvait se fier à personne, pas même aux membres du personnel. De même que cet autre patient qui souffre de paranoïa (x), quoique ma séance avec lui a été bien plus drôle à mener qu’avec le garde. Viktor a été beaucoup plus facile à manipuler et il est toujours avantageux d’avoir un “espion” dans un endroit comme Ostrov pour surveiller ses ennemis.

19 mai :
Il faut croire que je n’ai pas retenue la leçon la première fois, c’est la seule raison qui explique pourquoi je suis venue vous voir alors que vous croupissiez à nouveau en isolement chère Jenkins (x). Seulement cette fois-ci, il n’y avait plus de Nirina qui voulait vous venir en aide et vous sortir de votre misère. Non, il y avait juste moi qui souhaitait prendre ma revanche et vous faire payer pour tout ce que vous m’aviez fait subir.

28 mai :
Pour une obligation administrative, il a fallu que je tienne séance avec un patient aussi étrange qu’intriguant (x). Aujourd’hui encore j’ai dû mal à comprendre l’élément qui a rendu cette séance aussi… inaccoutumée. Je dirai que le talent artistique de cet Uddi Møller n’a d’égal que sa folie et pourtant, quelque chose qui me dépasse me pousse à le différencier des autres patients. En rédigeant ses lignes, je me rend compte que j’ai complètement oublié de nettoyer le sang qui a probablement dû s’incruster dans le bronze de ma pauvre louve Capitoline….

On me disait souffrante du syndrome du Sauveur alors qu’aujourd’hui il semblerait que ce soit plutôt moi qui ait besoin d’aide… J’avais vu trop, j’avais vécu trop. Ce trop représentait le poison d’Ostrov qui s’était solidement ancré dans mes veines, ça ne servait plus à rien de se battre, le Mal qui hantait cet endroit avait vaincu. M’avait vaincu. Moi la jeune psychologue douce, naïve, compréhensive et toujours optimiste pour aider les autres n’était plus. Désormais, il ne restait qu’une carcasse vide désireuse d’agir à son bon plaisir, au mépris du bien-être des autres.

Les bêtes ne méritent pas d’être traitées comme des êtres humains. Elles sont juste bonnes à abattre une fois qu’elles ne nous sont plus d’aucune utilité…



code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Ven 5 Jan - 11:37




ÉTÉ 2017

6 juillet :

Il est de ces jours où on se dit qu'on aurait mieux fait de rester au lit plutôt que d'affronter sa journée. Pour ma part, lorsque j'ai été appelée par le directeur pour une demande particulière, j'ai plutôt pensé que j'aurais mieux fait de me faire sauter le caisson plutôt que d'accéder à sa demande. Pas la peine d'être devin pour savoir qu'il cherchait un moyen de me faire payer la mort du garde lors de l'escapade en forêt. Un coup de fil passé à mon père et la solution était toute trouvée : m'obliger à faire une thérapie de groupe avec des patients que je haïssais (x) sous couvert de l'avancée dans les traitements thérapeutiques. Dawkins a été insupportable, McKenzie complètement barge et quant à Jenkins... L'image de son ventre rond comme un ballon me donne la nausée rien que d'y penser...

29 juillet :

J'ai fait un rêve étrange cette nuit... Ce journal ne me sert qu'à noter mon quotidien à Ostrov en tant normal, mais ce rêve était tellement rocambolesque que je me sens dans l'obligation de le coucher par écrit. J'ai rêvé que je n'étais pas une psychologue mais une chargée d'accueil à la banque et qu'en rentrant chez moi... Je découvrais Lexie en train de tuer un homme. Et parce qu'elle m'a menacé de me faire subir le même sort si je ne l'aidais pas, je me suis retrouvée à lui servir de complice pour planquer le cadavre (x) de son compagnon. Je ne sais pas trop quoi penser de ce rêve... Nombreuses sont les études qui tendent à prouver que les songes sont des messages envoyés par notre inconscient. Je ne vois vraiment pas ce que dernier cherche à me faire comprendre, mais tout ce que j'espère, c'est que ce rêve n'avait rien de prémonitoire...

30 août :

Malgré l'ancienneté de ce souvenir, il reste encore frais dans ma mémoire. Je crois que jamais je ne pourrais oublier la fois où j'ai décidé de rencontrer le père de Lexie Jenkins (x). Cette entrevue était à la fois... Intéressante et glaçante d'effroi. Je m'attendais à des réponses, à comprendre pourquoi sa fille agissait ainsi, quelles étaient les causes de son état actuel. Et j'ai eu mes réponses, mais ce n'étaient pas celles que j'espérais. En parlant avec Bruce, j'ai en réalité compris que Lexie n'avait eu aucune chance de s'en sortir dans la vie en ayant un pareil père. J'ai décelé la violence, la haine, la sauvagerie, ces mêmes lueurs qui brillent dans le regard de Lexie brillaient aussi dans le regard de Bruce. Je suis à la fois partagée entre un sentiment de pitié pour Lexie, mêlé à la haine que je lui ai toujours vouée.

De toute évidence, face à l’échec sans appel de cette thérapie de groupe, ma sanction ne s’est pas faite attendre. Le directeur a tenu sa parole en jurant de me faire payer le meurtre du garde si cette séance n’obtenait aucun résultat. En guise de punition, j’ai reçu le pire des châtiments possibles en obtenant Lexie Jenkins comme patiente…. Je peux me féliciter qu’il ne soit pas allé jusqu’au bout de ses menaces en me collant Dawkins comme il me l’avait précédemment averti. Il a dû se douter qu’avoir Lexie serait une sanction plus que suffisante et que je m’en mordrait suffisamment les doigts. Je n'ai plus qu'à aller créer son dossier mais je vais devoir m'assurer que personne d'autre n'y ai accès, les choses que je vais y écrire ne seront pas très belles...


code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Mar 20 Fév - 3:10




AUTOMNE 2017

19 octobre :

Une rébellion a éclaté (x) dans la journée, la belle affaire. Il fallait bien que cet évènement arrive un jour ou l’autre et je m’étonne d’ailleurs que les patients n’aient eu la présence d’esprit de le déclencher aussi tardivement. Cet engrenage infernal huilé à la haine et au cri du désespoir a glissé sur mon plumage imperméable à la colère des azimuts révoltés du monde. Je n’ai eu qu’à assister au spectacle de déchaînement avec en prime un garde qui avait bien du mal à gérer ce zoo ambulant.

4 novembre :

Je dois avoir un soucis. Un gros soucis. Un jour, lorsque toute cette toile napée de trous, d’échecs, de tâches irrécupérables qui constituent ma vie, sera derrière moi, il faudra sérieusement que je songe à aller voir un psy pour vider mon sac… J’aurais pu, j’aurais probablement dû fuir sa chambre au lieu de rester. (x) Parce qu’en repartant, j’avais compris à regret que je venais d’ouvrir la porte anciennement condamnée d’un sentiment oublié. C’était comme balayer les cendres de l’âtre encore fumant et y retrouver une chose que j’avais cherché à faire disparaître. Il avait réussi à déterrer une pierre de glace, balancé dans la cheminée parce qu’elle constituait une arme qui avait provoqué beaucoup trop de souffrance... Ce qui ne devait être qu'un moment de déchainement animal a fourbé vers l'infâme passion. Et en repartant de sa chambre, je pouvais sentir les corbeaux de mauvais augures planer au-dessus de mon crâne, de nombre impaire, ils annonçaient la fin.

14 décembre :

Dans la vie, on ne regrette que ce qu’on a pas fait disait Jean Cocteau. Je regrette d’avoir laissé partir Seth lors de notre première rencontre, je sais que j’aurais plus dû m’impliquer au lieu de le laisser livré à lui-même. J’ai compris qu’il était temps de réparer les brèches ouvertes par mes erreurs et de combler les fissures de mon incompétence.  Avec cette nouvelle séance (x), j’avais pour seul but de me racheter et d’essayer de retrouver l’ancienne Nirina, loin de la coquille froide et indifférente que ce je suis devenue aujourd’hui, celle qui était peut-être naïve, mais pleine d'empathie.

19 décembre :

Deux âmes tourmentées qui viennent chercher refuge sur les hauteurs (x) d'une falaise, cherchant à atteindre un piédestal naturel, dominant les gouffres maritimes et probablement leurs propres gouffres à elles. Des pensées inavouées, des sentiments chaotique et voilà que j'ai cru apercevoir une étincelle d'espoir. Lexie m'avait laissée penser l'utopique idée que tout finirait par s'arranger, mais non, elle m'a bien vite rappelée à l'ordre. Nous sommes à Ostrov Island. Tout espoir est parti. Je suis seule.



Par moment, j'ai l'impression de sentir la présence de l'ancienne Nirina, elle est là, tapie quelque part, perdue dans des limbes psychédéliques. Je la sens, elle cherche à revenir, mais tout n'est que chaos, ténèbres et couleurs flash à la fois, elle n'arrive pas à retrouver son chemin. Et puis cette sensation est vite oubliée, et je retrouve mon masque d'indifférence, de colère, d'abandon. Par moment j'ai l'impression d'imploser de l'intérieur. Je suis un élément nucléaire, instable et hautement sensible. Capable d'irradier mortellement mon entourage à la moindre perturbation. Pourtant, je tente de me débarrasser de cette lourde carapace qui entrave toute volonté de renouer contact avec celle que j'étais avant. Je veux aider les patients, je veux même apprendre à apprécier Jenkins, mais la part sombre de moi-même m'a piégée dans ses filets. Et je sens bien qu'avec Møller, je suis bien partie pour vivre le mythe d'Icare. Je peux sentir la cire couler et me brûler le dos à force d'être dépendante de lui, ses rayons font fondre ma peau, et lorsque je tomberai, il ne restera de moi qu'un tas d'os brisés.  


code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PILULES AVALÉES : 1911
MIROIR : carey gorgeous mulligan
IDENTITÉ : Verendrye
CRÉDITS : Verendrye (avatar ; icons) | Astra (signature)
A DÉBARQUÉ LE : 26/09/2016

SITUATION : Coeur de charbon, calciné et lacéré par des crocs de passion. Électron libre qui désintègre ceux qui s'approchent trop de sa masse.
EST ÂGÉ DE : 33 ans qui lui collent à sa peau desséchée. C'est une oeuvre d'art qui a passé son temps et qu'on préfère entreposer aux archives.
avatar

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   Mer 18 Avr - 16:12



Hiver 2018


Candide fleure blanche, petite edelweiss qui évoluait tranquillement sur le flanc acéré de sa montagne, voilà que le démon s'est éprise d'elle et l'a arrachée à son limon pour la transformer en lianes épineuses, se logeant dans le cou des innocents pour les étrangler de sa perversion. L'halo blafard de la lune révèle les vérités cachées par les ombres et s'unit à sa jumelle, la louve italienne. Carnassière avide de chaos et qui aime planter ses crocs dans la fourrure de l'ours dévoreur de lune en miel. Mais l'ursidé a pris la mer jonchée d'algues et la louve chante son désespoir à la lune. Le diable lui-même est reparti dans ses abysses infernales et la Dame de carreau est désormais seule avec les valets aliénés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nirina's Diary ♖ Verba volant, scripta manent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le lion de Rome.
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Lu Tchèt volant dèl Vêye du Vèrvî
» Djawad et Nirina au ciné
» Nirina fait l'infirmiere {pv:Djawad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostrov Island :: Monsters Among Us :: Fearful Pranks Ensue :: Diaries-